PARAPENTE, DELTA, KITE: LES ACTIVITES DU VOL LIBRE

La Ligue d'Alsace est l'entité régionale représentant la Fédération Française de Vol Libre(FFVL). Le vol libre concerne les ailes parapente et le deltaplane. On parle de vol libre car ce sport est non-motorisé, les aéronefs sont de la famille des Planeurs Ultra-Légers (PUL).

La FFVL gère aussi l'activité cerf-volant et kite sous toutes ses formes (kitesurf, snowkite, traction,...), car pour ces activités même si le pilote reste au sol, l'appareil vole en exploitant les principes de vol du du parapente et du delta.

Le Vol Libre est porteur d'images intenses, tant il rend accessible le plus vieux rêve de l'homme. Le parapente est aussi la parfaite synthèse d'une technologie aboutie et du respect de l'environnement. Sport d'une rare beauté, il génère chez les spectateurs une forte charge émotionnelle.

Pour avoir un aperçu de l'activité, vous pouvez vous rendre sur les sites parapente et delta du Massif des Vosges, par exemple au décollage du Treh ( Markstein ) ou à "l'atterro" dans la vallée de la Thur, dans le Val de Villé, dans la Vallée de Munster, ou même au Ballon d'Alsace,...Les distances d'un vol en parapente ou en delta dans les Vosges peuvent dépasser les 1OOkm pour les meilleurs pilotes (parapentistes ou deltistes).

un peu de technique, de la terminologie et du jargon!

le delta: structure semi-rigide de tubes et de toile
delta en vol

Parapente dans le ciel des Vosgeset le parapente : structure souple en tissus (ressemble à un gros parachute qui se plie dans un sac), on parle aussi de voile.
( d'autres magnifiques photos de parapentes dans la Vallée de la Thur par X. Murillo)

Aperçu du profil d'un parapente

Que ce soit pour un delta ou un parapente, on parle d'aile car ces deux aéronefs utilisent un profil qui a la forme d'une aile d'avion, pour créer une force de portance par déplacement dans la masse d'air (ou l'inverse). Ce sont des aérodynes.

Les cerf-volants, notamment dits de traction ou les kite-surfs, utilisent les mêmes principes que ceux du parapente ou du delta.

Technique de vol des parapentes ou des deltas

Le vol s'apparente à celui des rapaces ou des cigognes. Les libéristes (deltistes ou parapentistes) gagnent de l'altitude en tournoyant dans les "pompes", puis planent à la recherche d'une autre ascendance à enrouler. La difficulté consiste à trouver les ascendances pour éviter "le tas"(*). On ne saute pas en parapente, mais on décolle en courant dans une pente.

Ascendance thermique et pompe

Une ascendance ou une pompe, représente une zone où des courants d'air chaud s'élèvent. Par conduction, le sol, chauffé par le soleil, réchauffe l'air à son contact. L'air, en s'échauffant, se dilate, et aura tendance à s'élever, comme une montgolfière, pour donner naissance à une ascendance thermique, qui a généralement la forme d'une colonne.

Cumulus marquant les ascendances aux parapentes dans les VosgesA l'ombre d'un cumulus marquant l'ascendance (Vosges)

Une ascendance, c'est de l'air qui a un mouvement vertical vers le haut (sic) mais il existe aussi des masses d'air qui descendent... ce sont les "dégueulantes", le libériste essaye de les éviter! Les cumulus matérialisent le sommet des pompes, ces thermiques là sont donc facilement identifiables. Mais toutes les ascendances ne sont pas surmontées d'un cumulus, on parle alors de thermique bleu !

Il existe d'autres formes d'ascendances, comme le dynamique: le vent heurte la montagne et est obligé de s'élever pour la franchir, créant une zone ascendante le long de la pente exposée au vent.

Le vol de pente ou soaring y est alors possible Lorsque deux vents de forces proches, se rencontrent, l'air n'a pas d'autres solutions que de s'échapper par le haut, créant une zone ascendante. C'est le cas lorsque le vent météo rencontre le vent de vallée, il donne naissance à une confluence. Le vent de vallée est dû aux thermiques, l'air chaud qui "s'échappe" dans les thermiques est remplacé par de l'air frais qui remonte les vallées sous l'effet du soleil. Ce vent de vallée est une brise thermique.

Performances des parapentes ou deltas

Les vitesses verticales des ascendances peuvent atteindre 10m/s, or un parapente chute à environ 1 m/s par rapport à la masse d'air, cela signifie que dans une ascendance à 6m/s, le parapente s'élève de 5m (= 6 -1) par seconde passée dans la pompe. En un peu plus de 3 minutes, il aura fait un gain de 1000m d'altitude!

Delta rigide en vol

Un parapente de compétition à une finesse de 10, cela signifie qu'avec 1 km d'altitude / sol , le parapente pourra planer sur une distance de 10km! Il est capable de dépasser les 60km/h lors des sprints, mais son meilleur rendement est aux alentours de 40-45km/h.

Un delta est plus performant: ceux utilisés en compétition ont une finesse de 16, la vitesse maximum est de l'ordre de 100km/h.

Les altitudes maximum dépendent de la météo du jour, en France des pilotes parapentes ont pu se poser exceptionnellement au sommet du Mont-Blanc lors de la canicule 2003. Dans les Vosges, dépasser les 3000n n'arrivent que quelques jours par an. Dans les hautes-plaines d'Afrique du Sud ou du Mexique, atteindre les 6000m est possible. 2500m constitue une bonne moyenne des plafonds rencontrés en France.

La compétition en parapente ou delta

Le parapente et le delta ont aussi leurs compétitions.

Les épreuves ressemblent à des régates aériennes avec des parcours à réaliser le plus rapidement possible. Les compétiteurs utilisent un matériel de pointe réclamant une maîtrise parfaite. A haut-niveau, les pilotes doivent être experts en météorologie et aérologie pour déterminer leurs choix tactiques, le haut-niveau exige un engagement comparable à l'alpinisme ou à la voile en solitaire.

Exemple d'une manche parapente en temps min dans les Vosges i avec la trace GPS d'un pilote

On a 2 grands types de courses: l'une appelée "course au but", l'autre "temps mini"

Dans une course au but, le départ se fait soit au sol, soit en l'air derrière une ligne fictive. Ce second cas, le plus fréquent, donne lieu à un formidable ballet dans le ciel.

Dans un temps minimum, la course s'apparente à un contre-la-montre sauf que là, les pilotes choisissent individuellement leur instant de départ en franchissant la ligne fictive.

Chaque compétiteur décolle avec au moins un GPS (système de positionnement par satellite) qui enregistre son vol, et qui fournira la preuve que le parcours a bien été effectué. Les parcours proposés (les manches) mesurent de l'ordre de 40 à 100km en fonction de la météo et du lieu.

L'activité étant soumise aux caprices du temps, cela explique l'annulation ou les reports fréquents des compétitions dès que la pluie ou le vent apparaissent.

Vols de distance en parapente, records

Le plus long vol parapente au départ des Vosges a été réalisé au départ de Breitenbach-67 pour un posé au Nord de Dijon en 8h de vol, soit une distance de 176,5km à vol de parapente! Ce vol époustouflant, pour notre région, peut paraître anodin en comparaison des 335km établis en Australie dans des plaines semi-désertiques, très favorables pour établir des records. En juin 2002, ce record a été pulvérisé au Texas avec plusieurs vols au delà des 400km, 425km pour le nouveau record! En novembre 2007, 3 brésiliens portent ce record à 465km en volant en groupe. En décembre 2008, la barre des 500km est franchie par Nevill Hulett en Afrique du Sud: un vol de 507 km exploitant la convergence entre une masse d'air atlantique et une de l'océan indien!

Equipement GPS et alti-vario pour le vol parapente
Instrumentation de vol d'un parapentiste

Le 10 mai 2005, Julien DAUPHIN rejoint Nantes (Redon) en partant de "Paris" (Jeufosse) soit un vol de 305km à vol de parapente, la plus longue distance réalisée en France. En juin 2009, Franck Arnaud parvient à approcher de La Rochelle au départ de Jeufosse soit un vol de 328km!

Dans les Alpes, des parcours de plus de 200km sont réalisables par les meilleurs comme le triangle Chamonix-Grenoble-Annecy.

Les pilotes peuvent participer à des challenges de distance parapente, ils déclarent sur l'honneur leurs plus longs vols. Ces vols peuvent être des distances libres, un vol entre 2 points comme le vol Breitenbach-Orville (Nord de Dijon), des allers-retours entre 2 points (par exemple Ballon de Guebwiller-Col du Bonhomme) ou un circuit fermé comme un triangle Ballon d'Alsace- Hohneck-Ballon de Guebwiller (appelé aussi Grand Ballon).

(*) tas: on parle de tas, pour un pilote qui n'a pas su trouver l'ascendance lui permettant de poursuivre son vol, surtout si c'est en "début d'un vol". Ensuite, après un vol honorable, on dit "se vacher"

A lire aussi:

Copyright LAVL édité le 2/05/2009